Les idées reçues sur les consultants

Régulièrement, lorsque je rencontre de nouveaux partenaires, on m’interroge sur mon rôle de consultant. Qu’est-ce qui me distingue de leurs collaborateurs, quelle est mon utilité et ma manière de travailler? Pour beaucoup, cette fonction reste méconnue… Objectif de cet article: tordre le cou aux idées reçues!

Un consultant, c’est pour les grandes entreprises!

Ça, c’était vrai il y a quinze ans… // Digitalisation, concurrence, empreinte écologique: le monde du travail a évolué, et avec lui les besoins des entreprises! Faire appel à un consultant est une démarche de plus en plus courante, quelle que soit la taille et l’ancienneté de sa structure. Pour certaines PME où l’on avance tête dans le guidon et tambours battants, c’est l’opportunité de ralentir, faire preuve d’esprit critique et établir une cartographie des besoins. Pour d’autres, c’est parfois l’occasion de se doter de compétences dont on ne dispose pas en interne et d’accompagner une équipe sur un projet majeur. Parfois aussi, c’est un moyen d’amener un point de vue neutre sur un problème et de favoriser le dialogue en interne. Surtout, c’est l’assurance de repartir avec un regard neuf et une idée claire des problèmes qui entravent le développement de votre société.

Un consultant coûte cher!

Sauf qu’une analyse pertinente n’a pas de prix… // Oui, se faire accompagner dans une démarche de développement a un coût, mais une fois les contours du mandat et les honoraires définis, le consultant va vous faire économiser de l’argent! Un bon consultant n’est pas qu’un observateur: il vous proposera des solutions pour revoir vos processus et développer vos prestations. Au niveau des dépenses, il y a aussi des avantages. Un partenaire externe intervient uniquement lorsque vous en avez besoin. Vous fixez la durée du mandat et la fréquence d’intervention. Inutile de lui fournir un ordinateur, une place de travail, ou de payer ses cotisations sociales: le consultant s’en charge lui-même. A l’issue de son intervention, il vous recommandera peut-être d’engager du personnel ou de miser sur la formation de votre équipe, mais au moins, vous saurez dans quelle direction aller!

Le consultant ne connaît pas mon entreprise…

Oui, et ne pas avoir d’à priori est une qualité! // Certes, le consultant ne connaît pas votre domaine d’activité de l’intérieur, mais il a pour lui sa capacité d’analyse. Comprendre les non-dits, poser les questions qui dérangent, structurer une problématique: voici quelques-unes de ses qualités, et avouez-le, c’est aussi pour son regard neuf que vous avez fait appel à lui! En outre, un consultant sérieux a généralement travaillé avec plusieurs entreprises et suit les tendances du marché. Il peut rapidement acquérir une connaissance approfondie de votre branche et adopter la posture d’un cadre supérieur. Au-delà de ses connaissances métier, il peut vous apporter de nouvelles approches pour résoudre des problèmes, ou vous aider à en faire des opportunités.

Ça va me prendre du temps…

Oui, au début. Il va vous en faire gagner ensuite! // Certains projets ont le chic pour toujours finir sous la pile… Ils sont chronophages, complexes ou décourageants. Bref, il y a toujours une excellente raison pour les remettre à plus tard. Bonne nouvelle: un consultant n’est pas qu’un théoricien, n’en déplaise aux mauvaises langues…. Il peut mettre les mains dans le cambouis, vous épauler ponctuellement sur un projet et décharger votre équipe.

Au final, le consultant, et c’est comme ça que je conçois mon action, est un partenaire qui se donne pour but de vous apporter une valeur ajoutée et un regard neuf. Alors, vous ai-je convaincu?